Arènes avant juin 2017

23 octobre 2017

Principe

Une arène vide est blanche. Dès qu’un joueur y assigne un Pokémon, elle prend la couleur de ce joueur (Bleu, Jaune ou Rouge). A partir de ce moment, les joueurs de la même équipe peuvent, sous conditions, ajouter chacun un Pokémon dans l’arène.

Avant juin 2017, les arènes étaient gouvernées par leur Prestige, qui définissait leur niveau et par conséquence le nombre de Pokémons qu’elles pouvaient contenir.

Arènes - Prestige

Prestige de l'arèneNiveau de l'arène / Nombre max de Pokémons
01
20002
40003
80004
120005
160006
200007
300008
400009
5000010

Récompenses

Toutes les 21 heures, chaque Pokémon en arène rapportait 10 Poképièces et 500 Poussières d’étoile, avec un maximum de 10 Pokémons en arène comptabilisés pour un total de 100 Poképièces et 5000 Poussières d’étoile. La nostalgie m’envahit…
Bon, à moins de se réveiller à 3h du mat une fois par semaine pour gagner un jour – ne souriez pas, je l’ai fait – c’était la récompense quotidienne au petit-déjeuner.

Augmenter le Prestige

Tout joueur pouvait augmenter le Prestige d’une arène détenue par son équipe en combattant (amicalement) les Pokémons présents dans l’arène, comme pour un entraînement. Pour cela il alignait une équipe de 6 Pokémons (je passe sous silence l’époque encore plus lointaine où l’on ne pouvait combattre qu’avec un Pokémon à la fois pour augmenter le prestige).
Un combat gagné rapportait 500 points de Prestige, si les PCs du Pokémon du joueur étaient égaux à ceux du Pokémon en arène.

  • Si les PCs du joueurs étaient supérieurs à ceux du Pokémon en arène, le prestige gagné fondait comme neige au soleil.
    Il fallait donc attaquer avec des petits Pokémons en choisissant bien leurs attaques et leurs types.
  • Car si les PCs du Pokémon du joueur étaient inférieurs à ceux du Pokémon en arène, le Prestige gagné était augmenté : jusqu’à 1000 points si les PCs du Pokémon du joueur étaient deux fois moins élevés que ceux du Pokémon en arène.

C’était la belle époque où un petit Cochignon [ Poudreuse + Avalanche ] explosait Dracolosse et un modeste Parasect [ Taillade + Lance-soleil ] faisait pleurer Aquali, en rapportant 750 à 1000 points !
Dans une bataille de 6 combats, on pouvait ainsi gagner 4000 points de Prestige sans difficulté.
NB: ces Pokémons fonctionnent toujours, mais d’autres plus gros sont beaucoup plus efficients sans ce bonus pour les Pokémons à faibles PCs.

Quand le niveau de l’arène était suffisant, le joueur pouvait alors y assigner un Pokémon, ce qui ajoutait encore 2000 points de Prestige à l’arène (du coup, il n’était pas nécessaire de combattre pour assigner les 3 premiers Pokémons).

A partir du niveau 7 de l’arène, une fois le Pokémon assigné, il fallait encore monter le Prestige de 8000 points pour ajouter un autre Pokémon, ce qui nécessitait 2 batailles complètes de 6 Pokémons, donc la consommation de 10 à 12 Rappels et 12 Potions.

Diminuer le Prestige

Tout joueur pouvait diminuer le Prestige d’une arène détenue par l’une des deux autres équipes en combattant les Pokémons présents dans l’arène. Pour cela il alignait une équipe de 6 Pokémons.
Un combat gagné diminuait le Prestige de l’arène de 1000 points.

Si la perte de points de Prestige faisait perdre un niveau à l’arène et que le nombre de Pokémons présents dans l’arène devenait supérieur au maximum autorisé à ce nouveau niveau, alors le Pokémon qui avait le moins de PCs était éjecté de l’arène.

Quand le dernier Pokémon était éjecté de l’arène, celle-ci redevenait blanche et le joueur ayant attaqué l’arène pouvait en prendre le contrôle en y assignant un Pokémon. L’arène prenait alors la couleur de son équipe.

En choisissant bien les Pokémons pour attaquer l’arène, il était facile de battre 5 Pokémons avec une équipe de 6, et de diminuer le Prestige de l’arène de 5000 points. Il fallait donc 2 batailles complètes pour éjecter un Pokémon d’une arène de niveau 7 à 10, ce qui coûtait 12 Rappels Max, ou 12 Rappels et 12 Potions. Et 4 fois plus pour baisser une arène de niveau 10 jusqu’au niveau 7.

En deçà du niveau 6, les choses devenaient beaucoup plus simples et plus rapides.

Stratégie

1 – Les plus hauts PCs

Comme les plus gros Pokémons étaient éjectés de l’arène en dernier, le premier objectif était de bâtir une équipe dédiée aux arènes et composée de Pokémons avec de forts PCs pouvant ainsi espérer rester assignés plus longtemps : Tyranocif, Dracolosse, Ronflex, Rhinoféros, Léviator, Leuphorie et Aquali.

2 – Les petits attaquants

Pour monter le Prestige d’une arène et se faire une place sans dépenser des tonnes de Rappels et de Potions, il fallait bâtir une équipe de petits Pokémons super efficaces contre les Pokémons de l’arène : plusieurs Mackogneur contre Tyranocif, Ronflex et Leuphorie, une armée de Cochignon contre les nombreux Dracolosse, quelques petits Voltali ou Magnéton contre Léviator, un ou deux petits Aquali contre Rhinoféros, Noadkoko contre Aquali.

Cette équipe fonctionnait aussi parfaitement pour attaquer une arène et descendre son Prestige à moindre coût !

Je dois avouer que j’ai rencontré peu de joueurs appliquant cette stratégie pourtant dans la lignée de l’esprit du jeu, beaucoup de joueurs attaquant en force brute avec leurs gros Pokémons quelques soient leurs types et leurs attaques…

3 – Le nombre de joueurs

Autant le dire tout de suite, il n’y avait aucune gloire à garder une arène pendant des semaines !

Il suffisait de faire monter des Pokémons le plus haut possible, et avec 10 Pokémons en arène, on touchait 500 poképièces et 5000 poussières d’étoile tous les jours, ce qui permettait de faire monter d’autres Pokémons, etc.
Le vrai challenge était de remplir l’arène, et pour cela il fallait 10 joueurs.

Techniquement, il n’y avait réellement aucune difficulté à battre les plus gros Pokémons d’arène si vous aviez les bons Pokémons pour les attaquer !
Mais comme prendre une arène niveau 10 nécessitait 50 rappels et 60 potions, des joueurs isolés ne pouvaient pas souvent se permettre de descendre une arène niveau 10, surtout que s’ils n’étaient pas capables d’y assigner au moins 7 ou 8 Pokémons, l’arène se faisait reprendre sans coup férir !

Le seul critère important était donc d’avoir un groupe de 10 joueurs de la même couleur : chaque joueur n’avait alors besoin que de 5 ou 6 rappels et 6 potions pour prendre une arène, et autant pour monter son Prestige à fond et assigner les 10 Pokémons, ce qui devenait très abordable.

4 – Des alliances contre nature

Le moyen le plus facile pour un joueur isolé de la couleur A était donc de s’allier avec un joueur isolé de la couleur B. Ce dernier éjectait le Pokémon le plus faible d’une arène de couleur A en un ou deux combats, le joueur de la couleur A pouvait alors, en deux autres combats, remonter le prestige et assigner un de ses Pokémons. Et réciproquement…
Un comble !
Cela tendait aussi à renforcer les arènes déjà pleines avec des Pokémons de plus en plus forts, donc à entretenir le blocage de la situation.

Conclusion

Les Pokémons en arène tenaient très longtemps lorsque l’arène était au niveau 10, non pas grâce à la pertinence ou la puissance des Pokémons, mais simplement par conception : ce fonctionnement des arènes était un véritable cercle vicieux, uniquement adossé à la valeur des PCs et très éloigné de l’esprit historique du jeu.
Par ailleurs, il laissait de côté les joueurs isolés, quelques soient leurs réels talents de dresseur.

C’est pour ces raisons qu’il a été remplacé par un nouveau gameplay, moins de onze mois après le lancement du jeu.

  •